Menu Fermer
Fanta Toun Slider
Fanta-Toun-Slider-Home

La Compagnie "Maux Mots de femmes "

La Compagnie M.F.  est crée en 2019 par la danseuse et chorégraphe Fanta Tounkara.

Issue d’une famille où les femmes ont une place importante, cela lui est apparu comme une évidence, que les membres de sa compagnie se composent essentiellement du dit : « Sexe faible ». 

Elle se veut être en majorité féminine afin de définir, promouvoir et atteindre l’égalité politique, économique, sociale, juridique et culturelle entre les femmes et les hommes.

Le but n’est pas de s’attacher à la version académique du mots « Féministe », mais de remettre, recentrer la Femme dans son expérience vécue.

Elle puise son inspiration auprès de figures emblématique et puissante féminine. 

"Mettre en avant la richesse artistique des danseurs"

Fanta Tounkara Mot de Femme

Comme pour rendre hommage à ces femmes, ces exemples qui lui ont permis d’être celle qu’elle est aujourd’hui.

M.F. a pour but de mettre en avant la richesse artistique des danseurs, cela dans la subtilité et en exploitant le sens profond de leurs gestuelles.

Profondeur dans la gestuelle mais aussi dans le propos, ce qui va au delà des apparences de ce qui est durable et intense.

Son écriture se qualifie de moderne où l’univers “Hip Hop” ainsi que la “Dancehall” côtoient le contemporain. Elle allie les courbes et l’amplitude de la féminité en incluant des symboles et une gestuelle qui représentent la profondeur, la puissance et force de l’expression féminine.

Tout simplement.

« Etre parfait dans sa parfaite imperfection ». M.F

"KUMA"

Maux de Femmes - Kuma
Maux de Femmes - Kuma
Maux de Femmes - Kuma

2 femmes, un chevalet et 1 peintre, choisissent d’exprimer les « Maux » avec les « Mots », les témoignages de femmes issues de classes sociales, d’âges différents, par le bais d’une expression corporelle intimiste profonde et puissante.

Animé par la VOIX, celle qui nous murmure ces « mots », ces phrases comme pour nous rappeler d’où nous viennent nos fragilités. Kuma s’intéresse à la place de la femme dans la société, les valeurs, les exigences que celle-ci nous impose mais aussi les conséquences morales qu’elle nous inflige à la frontière entre l’amour et la haine, la joie et les peines.

Kuma « Parole » en bambara (dialecte du Mali) célèbre ces voix de femmes qui à travers leurs histoires ont écrit l’histoire.

La pièce sera en grande partie chuchoté à l’image de l’ASMR (Autonomus Sensory Meridian) Sensation distincte, agréable qui se veut être une réponse au stimulus visuel et auditif.

Le chuchotement symbolise les petites voix intérieures qui sommeillent en nous mais qui ont le droit d’être extériorisées.

« Chaque parole à des retentissements chaque silence aussi ». Jean Paul Sartre